12/08/2004

11-08-2004: Histoire d'un chantier fatal

« Le Soir » a retracé une partie de l'histoire des chantiers du zoning de Ghislenghien. Un élément clé dans l'enquête. Les voiries d'Ideta seraient hors de cause. L'enquête judiciaire n'a pas encore établi les causes et responsabilités de la catastrophe de Ghislenghien. Depuis ce début de semaine toutefois, la justice dispose d'un historique de la zone d'activité économique gérée par l'intercommunale Ideta, ainsi que de détails sur les procédures administratives qui ont amené à ses extensions successives et sur les chantiers qui s'y sont succédé. Depuis l'arrivée de Cibié en 1968, jusqu'à celle de Diamant Boart, soixante sociétés s'y sont implantées, à proximité des deux gazoducs placés par Fluxys. « Le Soir » a pu se procurer les éléments principaux de cet historique et les a recoupés avec les témoignages recueillis depuis la catastrophe. La clé des investigations se cache vraisemblablement dans les méandres de cette ligne du temps. La justice devra en effet comparer la présence de chaque intervenant et de leurs engins mécaniques, avec les entailles profondes relevées sur la portion du gazoduc de Fluxys pulvérisée par la déflagration. Sur base des éléments en notre possession, il ressort que les causes de l'explosion ne se trouvent pas dans la création des voiries, lors de l'extension du zoning d'Ideta, en 1994 et 1995. Et si l'on en croit le cultivateur qui a temporairement exploité la parcelle que Diamant Boart s'est ensuite appropriée, l'hypothèse d'une atteinte à la conduite par une machine agricole ne tient pas non plus. Son matériel, modeste, nous assure-t-il, n'a pu descendre si bas. Une chose demeure certaine, dans ce dossier : la mort de dix-huit innocents et les traumatismes de centaines d'autres cadenassent de nombreuses voix.

14:04 Écrit par Bibco | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.